L’affaire Pierre Ménès connaît encore un tout nouveau rebondissement. Depuis le témoignage de Marie Portolano, les langues se délient pour dénoncer, en chœur, le comportement particulièrement misogyne du journaliste sportif. Aux dernières nouvelles, Marion Aydalot, l’une de ses ex-collègues a décidé de sortir de son silence…

Pierre Ménès se retrouve de plus en plus dans la tourmente totale. En effet, le chroniqueur sportif est accusé par de nombreuses femmes pour des propos sexistes et comportements très humiliants dont il a l’habitude de faire dans le monde professionnel.

Pierre Ménès fait son mea culpa

C’est en effet Marie Portolano qui a eu l’audace de prendre la parole en première, à travers son film documentaire intitulé « Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste ».

Des accusations reconnues par Pierre Ménès lui-même. Et l’homme n’a pas manqué de faire son mea culpa. La première fois, le journaliste l’avait fait depuis le plateau de Touche pas à mon poste. Par la suite, il s’est saisi de son compte Twitter pour confirmer sa position.

« je tenais à tous vous dire que je regrette sans ambiguïté tous ces gestes du passé qui ne se justifiaient aucunement », affirmait-il. « J’ai causé de la peine et de la gêne à des amies sans jamais avoir eu l’intention de le faire directement ou indirectement », enchaînait-il. « C’est pour toutes ces raisons que je réitère mes regrets et mes excuses les plus sincères », terminait-il.

Je n’ai jamais rencontré dans ma vie quelqu’un d’aussi néfaste »

Un geste louable mais qui n’a pas suffi pour faire taire Marion Aydalot. Celle qui a collaboré avec lui sur de nombreux projets durant une période assez longue a du mal a le croire sur parole.

Au micro de la rédaction de Closer, la journaliste sportive ne lui a pas fait de cadeau. Pour elle, Pierre Ménès « a juste peur de perdre son poste à Canal+ ». « Ces excuses sont arrivées trop tardivement », poursuivait-elle.

« Elles sont uniquement adressées aux trois femmes dont il est question dans le documentaire. Et les autres, alors ? Moi il m’a fait beaucoup de mal et je ne suis pas la seule », ajoutait-elle.

« Le problème avec [lui] était plus moral que sexuel »,expliquait-elle. « Quand il a vraiment compris qu’il ne se passerait rien entre nous. Il ne m’a plus jamais parlé ! Je me suis fait virer », regrettait-elle.

« Il a raconté et propagé n’importe quoi sur moi. Comme le fait que j’aurais couché avec » tous les footballeurs « ou encore que j’envoyais à tout le monde des photos de mon intimité », précisait-elle. « L’objectif était de m’empêcher d’avancer, de me décrédibiliser. Je n’ai jamais rencontré dans ma vie quelqu’un d’aussi néfaste », a-t-elle fait encore mention.