A la fois écrivaine, conteuse mais aussi comédienne, Marlène Jobert a réussi tout ce qu’elle entreprend dans sa vie professionnelle. Mais derrière cette carrière bien remplie se cache une terrible souffrance née de sa jeunesse. La chaîne du cœur revient sur ce jour où elle a failli tout foutre en l’air…

Qui ne connaît pas Marlene Jobert ? Jusqu’à ce jour, tout le monde la reconnaîtrait rien qu’à entendre sa voix. Mais à un certain moment donné de son existence, tout cela n’aurait pas pu avoir lieu à cause de ce terrible événement qui s’est produit peu de temps avant son tout premier film.

Marlene Jobert: retour sur cette enfance difficile

Avant de devenir une spécialiste de la lecture de contes pour enfants et de l’écriture et aussi une actrice chevronnée, Marlène Jobert était passée par une multitude d’épreuves. Elevée par un père militaire, un aviateur, elle n’a pas eu une enfance difficile.

Ce n’était pas de la maltraitance, mais ces coups étaient injustes. (…)”, affirmait-elle. Jusqu’à présent, elle se rappelle encore de cette f*ss** de la honte que son papa lui a infligé le moment où elle se rapprochait déjà de l’âge adulte.

En aménageant à Paris, elle a tout de suite succombé au charme de Claude Berri. “Je suis tombée follement amoureuse de lui. Il était drôle, sensible, son intelligence vive et son imagination débordante m’impressionnaient », confessait-elle. « Nous nous sommes très vite installés ensemble”, ajoutait-elle.

« Je suis touchée en plein visage. Ma joue droite est profondément entaillée

Trois mois plus tard, les deux tourtereaux étaient victimes d’un effroyable accident de la circulation. “Claude percute un véhicule mal garé et c’est le drame », racontait-elle. « Je suis touchée en plein visage. Ma joue droite est profondément entaillée ”, précisait-elle avec beaucoup d’émotions.
Il lui a fallu de nombreuses années pour se remettre de ce drame. La convalescence a été très “longue » et très « difficile ». En subissant plusieurs interventions chirurgicales, il lui a fallu de peu pour ne pas sombrer dans la dépression totale.

En croyant “qu’au théâtre, avec un bon maquillage, cela ne se verrait pas”, elle était à deux doigts de “ devenir folle » lorsqu’elle s’était rendue compte du contraire. “La chirurgie esthétique m’a sauvé la vie”, avouait-elle. C’est en effet grâce à une pommade qui a fait disparaître cette “cicatrice de douze centimètres.